Bienvenue sur la boutique en ligne de Würth France Vente de matériel pour les professionnels

Domaines d'utilisation de nos gants de protection (produits chimiques)

  • manipulation en milieu gras et acide, présence de pétrole et dérivés, travaux en immersion dans les huiles de coupes ou bases acides ou solvantées : Gants ICL PIRAT.
  • dégraissage des métaux (solvants), usinage de pièces en présence d’huiles de coupe, fabrication et application de peintures et de vernis, imprimerie… : Gants NIT 400.
  • manipulation d’engrais, présence d’acides, de produits caustiques, d’alcools ou de solvants… : Gants NEO 400.

Norme EN 374 : Gants de protection contre les risques chimiques et micro-organismes

Cette norme précise la capacité des gants de protection à protéger l’utilisateur contre les produits chimiques et/ou les micro-organismes.

• EN 374-1 : 2003 résistance chimique : terminologie et exigences générale.
• EN 374-2 : 2003 résistance à la pénétration (classée selon 3 niveaux).
• EN 374-3 : 2003 résistance à la perméation (6 indices par produit testé).

Critères de la norme EN 374


1) La section étanche du gant

La section étanche du gant de protection contre les produits chimiques doit au moins correspondre à la longueur minimale des gants spécifiée par la norme EN 420.

2) Test de pénétration

La pénétration est le mouvement d’un produit chimique et/ou d’un micro-organisme à travers des matériaux poreux, des coutures, des micro-perforations ou d’autres imperfections dans le matériau d’un gant de protection à un niveau non moléculaire.

Le gant de protection ne doit pas fuir lorsqu’il est soumis à un test de perméabilité à l’air ou à l’eau. La résistance à la pénétration des gants est mesurée suivant la procédure ISO 2859 qui définit 3 Niveaux de Qualité Acceptable (N.Q.A.).

3) Test de perméabilité

Les films plastiques et caoutchouc des gants ne sont pas toujours étanches aux liquides. Dans certains cas, ils peuvent être spongieux : ils absorbent alors les liquides et les gardent en contact avec la peau. Il est donc nécessaire de mesurer le temps de passage, soit le temps nécessaire à un liquide dangereux pour entrer en contact avec la peau.


Domaines d'utilisation de nos gants de protection (produits chimiques)


• manipulation en milieu gras et acide, présence de pétrole et dérivés, travaux en immersion dans les huiles de coupes ou bases acides ou solvantées : Gants ICL PIRAT.

• dégraissage des métaux (solvants), usinage de pièces en présence d’huiles de coupe, fabrication et application de peintures et de vernis, imprimerie… : Gants NIT 400.

• manipulation d’engrais, présence d’acides, de produits caustiques, d’alcools ou de solvants… : Gants NEO 400.


Norme EN 374 : Gants de protection contre les risques chimiques et micro-organismes


Cette norme précise la capacité des gants de protection à protéger l’utilisateur contre les produits chimiques et/ou les micro-organismes.

• EN 374-1 : 2003 résistance chimique : terminologie et exigences générale.
• EN 374-2 : 2003 résistance à la pénétration (classée selon 3 niveaux).
• EN 374-3 : 2003 résistance à la perméation (6 indices par produit testé).

Critères de la norme EN 374


1) La section étanche du gant

La section étanche du gant de protection contre les produits chimiques doit au moins correspondre à la longueur minimale des gants spécifiée par la norme EN 420.

2) Test de pénétration

La pénétration est le mouvement d’un produit chimique et/ou d’un micro-organisme à travers des matériaux poreux, des coutures, des micro-perforations ou d’autres imperfections dans le matériau d’un gant de protection à un niveau non moléculaire.

Le gant de protection ne doit pas fuir lorsqu’il est soumis à un test de perméabilité à l’air ou à l’eau. La résistance à la pénétration des gants est mesurée suivant la procédure ISO 2859 qui définit 3 Niveaux de Qualité Acceptable (N.Q.A.).

3) Test de perméabilité

Les films plastiques et caoutchouc des gants ne sont pas toujours étanches aux liquides. Dans certains cas, ils peuvent être spongieux : ils absorbent alors les liquides et les gardent en contact avec la peau. Il est donc nécessaire de mesurer le temps de passage, soit le temps nécessaire à un liquide dangereux pour entrer en contact avec la peau.